user_mobilelogo

Geo HAM pseudo de Georges HAMEL,
né le 18 septembre 1900 décédé en 1972.

Georges HAMEL, fut l'historiographe des compétitions aéronautiques et automobiles entre les deux guerres et jusque dans les années soixante. A partir de 1919, par le texte et le dessin, il collabora à la presse spécialisée: la Vie aérienne, l'Auto, Automobilia, l'Air. Il y fit le récit des grands raids, ceux de COSTES, de Le BRIS et de tant d'autres, de la COUPE MICHELIN. Il assura des reportages sur l'épopée de l'AÉROSPACIALE, sur la liaison France-Chili, la traversée de la Cordillère des Andes par GUILLAUMET, et, comme correspondant de guerre, sur les conflits d'Éthiopie et d'Espagne
Pour l'ILLUSTRATION il écrivit et dessina l'Histoire de l'Aéronautique et les numéros spéciaux consacrés aux salons de l'aviation et de l'auto de 1930 à 1941.
Ses compositions précises et raffinées illustrèrent un nombre considérable d'ouvrages parmi lesquels les Grands Raids d'avions de Jacques Mortane, PSU de Duret (1938), L'Album Mermoz, Guillaumet, Aviation de France (1944), Bataille dans le ciel, Tour du monde en avion, le Guynemer du Général René Chambe, Adder du Colonel Castex, Robert Benoist, SaintExupéry, etc. Enfin, le plus précieux aux yeux des bibliophiles : Les 24 Heures du Mans (1949) en collaboration avec Roger Labric.
Les grandes marques automobiles Amilcar, Rolls-Royce, Talbot, Delahaye, Chenard, Walker bénéficièrent de son talent. Géo Ham était aussi un passionné d'aviation, ami de Jean Mermoz et Antoine de Saint-Exupéry
D'une créativité inlassable, Géo HAM s'adonna avec bonheur à d'autres disciplines. Des croquis pointus saisissent au vol la personnalité de ses amis pilotes.
Surtout, il est le maître sans égal des affiches Art Déco annonçant les meetings et les courses dans lesquels les avions et les bolides fonçant sur le spectateur ou s'enfonçant dans le champ, donnent le vertige. Cette réussite découlait de la maîtrise d'un trait de virtuose et d'une connaissance parfaite du sujet, car lui-même, payant de sa personne, participa entre autre à la Coupe Dunlop en 1930, à l'Aérospatiale en 1931, et « navigua» des rallymen talentueux au Monte-Carlo jusque dans les années cinquante.
En 1940, son courage lui valut la Croix de Guerre : « ... détaché à titre de volontaire pour conduire de jour comme de nuit sur des routes arrosées par l'aviation adverse... A pris part spontanément à la défense du Pont de Garigliano,utilisant l'arme d'un blessé et ne s'est replié qu'après épuisement des munitions.»
Ses obsèques se déroulèrent à la Chapelle du Val de Grâce le 30 juin 1972.
Texte: Hervé Poulain.

Web Analytics