user_mobilelogo

Jean CALOGERO né le 20 août 1922 à Catane en Sicile, décédé en 2001.

Issu d’un milieu modeste, on découvre très jeune qu'il est particulièrement doué pour la peintures. Ses parents ne pouvant se permettre de l’envoyer aux Beaux-Arts, il suivit cependant les cours du lycée artistique de sa ville natale.
Premières expositions en Sicile et à Rome dès la fin de la guerre 39-45.
Arrivé à Paris en 1947, après un passage à l’Ecole des Beaux-Arts, il expose en permanence à la galerie HERVÉ  à Montmartre.
En 1950, après avoir acheté un atelier d'artiste Boulevard de Clichy à Paris, il part à New York présenter son exposition.
De 1953 à 1955, des expositions de ses œuvres sont organisées successivement à New-York et Los Angeles en plus de l’Italie, la Sicile et la France. (Déjà, tous les plus grands acteurs d’Hollywood sont Fans de sa peinture et lui achètent ses toiles de petites filles aux grands yeux ébahis : Gary Cooper, Bill Crosby, Judy Garland, Kirk Douglas, John Wayne…)
En 1954, Maximilien GAUTHIER lui consacre un livre paru aux éditions "Les Gémaux".
Première exposition au Japon en 1965

L’art de ce Peintre épris de sortilèges, est une constante scénographie et se situe sous les signes de l’imaginaire et du fantastique.
Ses tableaux d’une ambiguïté déconcertante, ne sont jamais des ornements gratuits mais de merveilleux objets de poésie où s’y descelle déjà l’empreinte d’un nouvel art cosmique qui embrasse la vie dans toute sa splendeur.
Pour son superbe travail et talent, il reçoit la médaille d’Argent de la ville de PARIS.
CALOGERO excelle dans l’art difficile de mesurer l’espace et de l’organiser en variant le volume des objets selon les différences qu’apporte l’éloignement.
Il s’y montre l’égal des Grands Maîtres baroques qui, eux aussi, poussaient l’acrobatie plastique jusqu’à l’illusionnisme.
L’œuvre Peinte de CALOGERO peut être divisée en deux époques :
Elle comprend le théâtre des poupées (jusqu’en 1949). A partir de 1950 : les scènes de la vie, du carnaval et des bals de Venise. Les paysages ténébreux, les visions fantasques ainsi que ses superbes vues de PARIS seront ses thèmes de prédilection jusqu’à sa mort.

Artiste « de référence internationale», qui figure notamment au BENEZIT, dans les annuaires de cotes internationales et qui est aujourd’hui largement sous-évalué.

Web Analytics